Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 17:57

Il est tôt. Très tôt. Trop tôt. Même qu'il fait encore nuit. C'est dire.
Mais voila, cette fois mon bureau est déplacé pour 3 semaines chez l'Oncle Sam.
On m'a dit il y a quelques jours "Tu pourrais pas aller voir l'équipe aux USA? y'a un pépin la bas".
Moi, dans un élan voyageur je répondais du tac-o-tac (mais en sachant d'avance que je n'avais aucune chance ni au grattage ni au tirage) : "je peux y etre dans 3 jours". Et le boss de me répondre "ça serait mieux si tu pouvais être la dans 2 jours"
Bref, me voila dans les courants d'air de l'aéroport.

J'aime bien les gares, parce que toutes les catégories sociales s'y croisent. Même s'il n'y a aucune communication entre les silhouettes, il est rare d'avoir une telle proximité et même un contact physique. C'est pas si souvent que l'homme d'affaire qui désespère de trouver une connexion WiFi pour vérifier le cours de ses actions avant de sauter dans le TGV pour Angers, ce bonhomme presséd'user sa vie soit disant pour en profiter (quand?) s'asserra pour une fois à coté d'un pauv'gars qu'il n'accepterais jamais comme son gendre.
- "de toute façon, ma gamine est bien trop petite pour nous ramener un gugus a la maison"
- "tu sais elle a grandit, ça fait d'ailleurs 6 mois qu'elle prend la pilule" lui glisse sa femme dans l'écouteur BlueTooth du Nokia.
- "Ah bon, et pourquoi ça?" répond il, interloqué et hébété.
Il n'attendra pas la réponse et sautera dans le TGV qui ne l'attendra pas. Pas plus que sa fille d'ailleurs.

Bref, je ne suis pas à la gare, cette fois, mais à l'aéroport. Comme chante Sttellla, "les saucisses sont a l'ail, les avions sont a l'ail_et_au_port". Dans la salle d'embarquement, point de mixité. Les costumes gris et chemises grises sont de rigueur. Le Nouvel Obs et Les Echos ont remplacés les Voici et Gala des quais de gare. Les chaussures son bien cirées. On se voit dedans et ils pourraient même s'y recoiffer s'ils avaient encore des cheveux sur leurs fronts lisses d'hommes intelligents.

J'adore me poser et les regarder - nous regarder -, pour me faire ma propre petite leçon d'Antropologie pour les nuls. On distingue 2 configurations de groupe possibles :

L'homme d'affaire seul, ou la notion de groupe est réduite à sa plus simple expression. Il ne fume pas pour une bonne raison : il a découvert très récemmentque c'est mauvais pour sa santé et celle de son entourage. A moins que ca ne soit simplement parce que c'est interdit. Comme on n'a plus rien a se mettre entre les lèvres, il faut trouver un autre orifice. La morale, la décence, l'hygiène et le côté pratique désignent les oreilles, "si possible bien dégagées, merci". C'est donc les oreilles que l'on va utiliser pour combattre le stress, et surtout cette sensation de ne pas exister, vu que tout le monde autour se fout bien que Mr Jaques Dolovici (rien à voir avec le célèbre metteur en scène Polonais) aille à Chicago pour redéfinirla politique d'assurance des véhicules industriels. Le téléphone portable est tout désigné, si possible porté en oreillette, avec ou sans fil à la patte, mais si possible avec une led bleue quelque part pour quand même assurer. Et pas que des véhicules industriels. Bien au delà de donner l'heure, sonner dans les salles de spectacles et signaler que la batterie est vide, le téléphone avec le kit main libre, dit aussi "kit piéton" alors qu'il est justement utilisé en majorité par les automobilistes, le GSM à oreillette, donc, permet de parler tout seul, si possible assez fort, en déambulant dans la salle d'attente, mais aussi d'avoir les 2 mains libres face a la blancheur livide de Jacob & Delafont.

L'autre comportement typique est le groupe de 2 ou 3 personnes de la même entreprise, mais avec des niveaux hiérarchiques différents. Il est toujours rigolo (un rien m'amuse) de voir la vitesse a laquelle on trouve le chef.
C'est celui qui parle le plus et le plus fort, qui a la cravate la plus épaisse, et la plus petite serviette. Le subordonné, pour faire bonne mesure, c'est celui qui rit le plus fort.


Bref, la seule touche d'humanité de ce vol Air France à destination de Detroit-Michigan, c'est les pleurs d'un bébé qui ont accompagnés les phases de montée et descente. A croire que l'option "bébé_qui_hurle" est une constante dans les avions comme les wagons...

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans Detroit - Michigan - USA
commenter cet article

commentaires

levriernoir 12/10/2008 04:29

Salut!

C'est bizarre, les bebes qui pleurent j'y ai droit dans le train que ce soit en France ou a Taiwan, mais pas en avion.

mimi.lulu 10/10/2008 09:48

Excellent, merci continue avec ton blog ! :-) Félicitations pour cette observation aéroportesque bien vue !