Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2006 6 09 /09 /septembre /2006 14:42
Pays de montagne ou il n'est pas conseillé de sortir des routes et chemins, car une bonne partie du pays est encore miné. Les routes étant belle, l'absence d'escapades sur les cailloux ne me frustrera pas. Première étape a Mostar, ville tristement connue. La c'est le choc. Même après plusieurs années de paix, j'ai l'impression de me retrouver au milieu d'un champ de bataille. Des bâtiments effondrés, d'autres éventres. Pas une maison qui ne soit criblée d'impacts de balle. Ca fait vraiment froid dans le dos. Je réalise qu'en fait, j'ai jamais approché la guerre, que je ne sais pas ce que c'est, et je suis d'autant plus touché par la violence du décors. Les gamins jouent encore au foot à côté des ruines. 


b2.jpg

Le pays prépare une prochaine élection. Le nationalisme est encore très fort bien sur, à l'image de ces affiches où le slogan est « 100% Bosniaque ». C'est donc l'élection de celui qui sera encore plus bosniaque que les autres?  En voila un bon programme! Ca fait froid dans le dos. 

b3.jpg

A la terrasse d'un café, alors que je sirote mon jus de citron en réalisant que, dans les rues, il y a 90% de filles, un mastodonte avec un badge de sécurité interrompt mes rêveries pour me demander de déplacer la moto. Le trottoir est super large, mais la moto est trop proche du bâtiment, et il faut la mettre plus loin que ça. Je ne comprendrai pas la raison de la nécessite de bouger la moto... ils craignent les moto piégées ou quoi?

Petit déjeuner a la "Pension Rose", que je vais aller partager avec une petite vieille, elle aussi levée de bonheur. Elle m'explique avec toute la sérénité dont les anciens savent faire preuve, qu'elle est anglaise, et qu'elle est venue a Mostar pour voir la ville ou est mort son petit fils... J'ai connu des journées qui commençaient plus joyeusement.
Je réalise que même si je suis bien parti pour me confronter a des pays fraîchement sortis de la guerre, avec mon insouciance et ma vie bien tranquille et sécurisée, je n'étais pas trop préparé à cela. D'un autre cote, c'est peut être mieux de ne jamais être habitué à la guerre, et de ne jamais s'y faire...

Zou, je file au nord, à la rencontre de Victor, un canadien qui se proposait de m'héberger via http://www.couchsurfing.com/ . Il me confirme que dans pas mal de ville, comme Baja Luka ou je suis a présent, il y a 6 femmes pour 1 homme. D'ailleurs je passerai un grand bout de la nuit à discuter avec la sympathique Sanja de la vie et vision des Bosniaque. "Moi, je ne suis pas raciste, mais quand même, j'aime pas les musulmans" qu'elle me dit. Le premier qui a sorti cette phrase aurait du la protéger par un brevet ou un copyright. Il serait riche à présent. D'une manière générale, lorsque je dis aux gens du pays ou je vais dans mon voyage, ils ne comprennent pas que je puisse aller voir les pays voisins du leur, tellement les gens la bas sont sans intérêt, méchants, incultes et leur pays est moche. Bien sur, ceux qui me disent cela ne sont jamais allé voir de l'autre coté. Mais tout le monde a une personne proche que la guerre leur a enlevée, et sortent a peine d'années d'un système profondément nationaliste. Comment pourrait il en être autrement? Je lui avoue que je ne comprends pas vraiment tout a cette guerre, que pas mal de choses m'échappent, et elle me réponds que pour eux aussi c'est trop complique pour avoir une vision simple des événements. Globalement ce qui en ressort, au moins pour la Bosnie et la Serbie, c'est que c'est une guerre que personne n'a gagnée. Que des perdants. Ca vous change de cette niaiserie d'Ecole des Fans.

Sur le chemin du retour, je m'arrête à Sarajevo, la capitale Bosniaque. On voit que c'est la capitale, parce qu'il y a eu de l'argent pour conserver ou reconstruire après la guerre. La vieille ville est superbe, bien que pas mal touristique. Agréable aussi de voir plein de cultures différentes se mélanger. C'est une ville qui symbolise bien la tolérance et le mélange culturel. C'est aussi une ville majoritairement musulmane, mais moderne, ou les musulmanes pratiquantes portent aussi bien le voile que la minijupe. Voila une vision enfin encourageante sur la condition humaine. Ici aussi, la police roule en Guzzi, mais des modèles bien plus modernes que ceux d'Albanie... 
b4.jpg

Le retour se fera vers la Serbie qu'il faut a nouveau traverser. Je me trompe de route et me retrouve sur un tout petit tracé mais il va dans la bonne direction, alors je poursuis. Par excès d'amabilité, sans doute, je suis invité à m'arrêter dans un petit village par des hommes en bleu équipés d'un beau cinémomètre. Cette fois y'a un bon 75km/h d'indiqué mais ils parlent anglais, je ne vais pas m'en tirer comme ça. Je leur explique que je suis en train de quitter le pays et que du coup je n'ai plus du tout de monnaie locale, et je le prouve avec un porte monnaie qui ne contient qu'un petit billet de 5 euros que je leur offre gracieusement pour aller s'offrir un café... pendant que je reprends ma route.

Cette route devait bien avoir 30 tunnels à traverser. La route est sans bitume, donc avec des trous, des flaques des graviers et de la gadoue. Les tunnels sont étroits, et deux voitures ne peuvent pas se croiser, et ils ne sont pas éclairés. 

b5.jpg

L'occasion de vérifier que le DR éclaire vraiment mal : le phare reçoit les projections de la roue avant et il est règle bien trop haut lorsque je suis chargé. Je ne vois RIEN, et sûrement pas la sortie des tunnels. Je vois la même chose que sur cette photo là : 

b6.jpg

Et puis entre deux tunnels, un poste frontière improvisé m'indique que je rentre en Serbie...
C'est le chemin du retour. Plus que 500km, et je serai a la maison en Roumanie.

Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans l'ex Yougoslavie en moto
commenter cet article
7 septembre 2006 4 07 /09 /septembre /2006 13:37
Par curiosité, je décide d'aller faire un tour en Albanie. Juste une petite journée, pour voir si c'est différent. Pour être différent, c'est en effet différent. Ca m'a même fait un sacré choc. Ca a été la seule frontière un tout petit peu délicate, où il faut payer 10 euros de taxes pour entrer dans les pays et où il faut aller dans un bureau faire tamponner une feuille correspondant à la moto, qu'il faudra représenter à la sortie du territoire... J'ai connu des accueils plus chaleureux. 
A1.jpg

Première impression : c'est plein de Mercedes. On dirait qu'il n'y a que ça. Beaucoup de vieux tacos et quelques grosses berlines récentes aux vitres tintées. Durant les quelques heures sur place je me suis toujours senti étrangement mal à l'aise. La grande ville traversée, avec ses immenses avenues larges et poussiéreuses, abrite une faune variée mais pauvre. Peut être est-ce la proximité avec la frontière, mais le marché noir semble être la principale activité de la ville. Les échoppes sont dans des états pitoyables, sauf les cafés aux façades nickel,  bondés d'hommes (pas de femmes) buvant leur thé ou leur bière dans une étrange atmosphère. En ville, la police ne circule pas en scooter, mais avec des vieilles, très vieilles Guzzi à petit bloc, et au look de custom. 

A2.jpg

Cinq fois j'ai demandé ma route. En général, c'est parce que je suis perdu, mais c'est aussi un prétexte pour aller vers les autres. Sur les 5 personnes, 4 ne savaient manifestement pas lire. Et celui qui savait lire avait bien des lunettes mais visiblement pas toute sa tête... A 5km de la frontière, lorsque je leur demande où est le poste frontière,  ils n'en ont sincèrement aucune idée, tellement le pays est fermé sur lui même et leur monde s'arrête à leurs frontières.

Je reviendrai en Albanie, mais pour faire la route de montagne à l'intérieur jusqu'en Macédoine

Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans l'ex Yougoslavie en moto
commenter cet article
6 septembre 2006 3 06 /09 /septembre /2006 13:22
La carte indique une petite route bordée de vert qui permet de faire une incursion dans le Kosovo. Allez, je fais le plein histoire d'être tranquille et en route ! La petite route en question serpente doucement dans la campagne vallonnée. Je suis encore dans le Monténégro, c'est beau et agréable. 



Bien vite, au passage d'un col, le bitume disparaît mais ça reste
très roulant. 

k2.jpg


A ce col, alors que je n'ai croisé personne jusqu'alors, un bonhomme hirsute vient à moi pour me demander où diable je peux bien aller. La route n'allant d'après la carte qu'au Kosovo, je suis aussi surpris de sa question que lui de ma réponse. Avec un petit sourire en coin, il me glisse qu'il est capable de passer au Kosovo avec son Transporter Volkswagen, sans passer par aucune douane.... Sa sent vraiment l'ambiance « maquisard » et « résistance »... Mais je reprends vite mon chemin de cailloux. Ce chemin sera de pire en pire au fur et à mesure que je m'approche du Kosovo. En près de 100km sur ce chemin, je n'ai croisé qu'une seule personne et une maison abandonnée criblée de balles. A un moment le chemin se confond avec la rivière que je remonte sur une vingtaine de mètres. 
k3.jpg

Et puis il y a des bifurcations bizarres ou je choisis ma route au hasard.... Au bout d'un moment, je suis perdu, je ne sais vraiment plus par ou passer, et distinguer le véritable chemin des simples traces de passage. Bref, je me trouve plein de bonnes raisons de faire demi tour, alors que je suis sûrement qu'a quelques centaines de mètres du Kosovo (une petite chute qui détruit mon sélecteur aurait des conséquences fâcheuses, coté essence, je puis près du point de non retour, il y a des mines dans le pays, et aux alentours d'une frontière comme ça le risque est encore plus élevé....) 
Et voila. Je ne verrai pas le Kosovo cette fois. Je suis un lâche. Plus tard, on m'a dit que de toute façon, l'accès au Kosovo est interdit sans une raison professionnelle sérieuse...
Je reviendrai, pour sur !
Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans l'ex Yougoslavie en moto
commenter cet article
5 septembre 2006 2 05 /09 /septembre /2006 12:52
Voila le grand coup de coeur du voyage. Le pays est indépendant depuis
juin 2006, et faisait partie de la "Serbie-Montenegro". Un pays avec
plein de montagnes généreuses et accessibles. 

600-copie-1.jpg

Les infrastructures sont bonnes et les tunnels et ponts se succèdent pour traverser ce pays merveilleux. La ressemblance la plus flagrante, c'est avec la Corse... mais en plus grand.
601-copie-1.jpg

Il y a même une côte sur la mer, aménagée dans le standard d'Europe de l'ouest. N'attendez aucun vestige des constructions en béton du passé communiste. Tout est moderne et de bon goût. 

602-copie-1.jpg

Rencontre avec Frederic, français résident dans la toute nouvelle capitale Podgorica. L'occasion de confronter nos impressions d'expatriés. En papotant, au fil de ses expériences et observations, il m'ouvre les yeux sur plein de choses propres au pays que je capterai les jours suivant en observant les gens. En particulier, j'écrivais que le pays était un peu comme la Corse en plus grand, mais c'est aussi le cas pour les habitants. Merci Frederic pour la soirée ensemble et la nuit chez toi. Les coussins du canapé sont en effet super confortable!

Le nationalisme est très fort bien sur, suite à la guerre et à la propag... euh... les informations nationalistes délivrées ces dernières années pour préparer le vote de l'indépendance du pays. Mais plus encore ce qui est frappant, c'est la relation entre les gens, basée sur l'appartenance à telle ou telle famille. On ne va pas échanger, ne serait-ce que quelques mots, avec une personne parce qu'il est de telle ou telle famille. L'honneur a une consonance très forte, le protocole aussi. On n'aborde pas une fille avec deux blagues salasses le matin pour lui proposer d'aller au ciné l'après midi. On s'observe de loin quelques semaines, on  vérifie à quelle famille l'autre appartient et on se renseigne si une relation, même amicale est envisageable. J'ai passe deux soirées où deux personnes qui semblaient être amis on passé à chaque fois une heure é discuter, mais sans être assis à la même table. Le fait d'être assis à la même table signifie déjà pas mal, que tu fais partie du même clan. Et ça, c'est pas en 1 ou 2 mois que ça s'obtient.

Enfin, ne généralisons pas, à la tombée de la nuit, en revenant du Parc du Durmitor, quelques personnes font du stop sur le bord de la route. Le fait d'être en moto ne décourage pas une grande blonde volubile. Par défi, je lui fais signe de la possibilité de monter derrière et elle semble accepter. S'ensuit une drôle de conversation. Comme elle semblant désirer un casque, je lui demande si c'est nécessaire vis à vis de la police (beaucoup de monde roule sans casque). Elle m'explique alors avec le plus grand bon sens que le casque c'est avant tout une question de sécurité et non règlement. Mais bon sang, mais c'est bien sur! A force de tout réglementer « on » fait les choses pour se conformer aux lois et « on » oublie le bon sens, et de se faire son propre jugement et ses propres choix. Allez, Kotor n'est qu'a 25 kilomètres et je roulerai doucement. Il n'y a que cette petite montagne à traverser. Drôle de sensation de rouler ainsi, à la tombée de la nuit, sur une route superbe, avec cette inconnue Montenegrinne/Montenegreine/Montenegroise qui passera tout le trajet à parler fort de plein de choses que je n'entendrai pas à cause de mon casque et du vent, si ce n'est qu'elle s'appelle Nina et qu'elle aime la moto. C'est les petits instants magique comme ça qui font une vie joyeuse. Bon c'est pas tout ça, mais je suis attendu. 

603-copie-1.jpg

Le Bord de mer est très beau. Il est effectivement prévu pour le tourisme de masse, comme me l'avait dit Frederic. Je craignais de découvrir de grands immeubles en béton avec 326 appartements avec lucarne sur la mer, mais ça ressemble plutôt à une succession de villages genre Port Barcarès. C'est beau, très propre, efficace, moderne et sans âme. On dirait une Honda. Je n'aime pas. J'ai fuit plus à l'intérieur, tout proche de Kotor, au bord d'un immense lac salé intérieur. Merci Frederic pour le conseil avisé! Là, il est facile de trouver les logements chez l'habitant face à ce grand lac. Au hasard, j'ai frappé à une porte, et par chance la propriétaire parlait 2 ou 3 mots d'anglais. De toute façon, à 6 euros la chambre super au bord de l'eau, je n'allais pas faire le difficile! Sa restera ma plus longue étape (2 nuits au même endroit). Il fallait juste essayer d'être rentré vers 20 heures de manière à croiser son mari, pêcheur, pour qu'il sorte un ou deux poissons de sa pêche du jour pour les faire griller au barbecue, recouverts d'huile d'olive d'ail et de persil. Tout ça au bord de l'eau, après 12 heures passées sur la selle de la moto,  arrosé d'un petit vin blanc local passable... Ca fait des journées qui finissent sacrément bien. 
604-copie-1.jpg

605-copie-1.jpg


Il faut dire que les journées commençaient bien aussi ici, puisque rien qu'en ouvrant les volets: 

606.jpg

Le Monténégro, ça n'est pas que le bord de mer, c'est aussi et surtout les montagnes, avec plein de tunnels et de ponts, ils ont investi en masse dans les infrastructures et on peut accéder partout. 
607.jpg

Le Parc du Durmitor, par exemple, mérite vraiment de faire un grand détour pour aller le voir. Même s'il y a une quinzaine de km sans asphalte n'importe quel véhicule y circulera sans problème. 

608.jpg

609.jpg

610.jpg

Sur le retour, je me fais arrêter par la police qui m'indique que ce que je prenais pour des maisons éparpilles dans les champs est un village. Comme ils ne parlent pas un mot d'anglais, ils me montrent directement sur l'écran du radar que ma vitesse est encore indiquée. 107km/h. C'est visiblement un peu beaucoup. Mais comme ils ne parlent pas anglais, devant l'impossible communication, ils haussent les épaules et font un tour autour de la moto en la détaillant. Je crains un instant pour l'absence de clignos ou de retros, mais il me font un large sourire en s'exclamant "moto cross!" tout en mimant des wheeling. Je comprends qu'en fait ils me laissent repartir sans amende et sans même me faire la morale. Salut les gars !

Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans l'ex Yougoslavie en moto
commenter cet article
3 septembre 2006 7 03 /09 /septembre /2006 12:36

Le premier village indique avec un panneau sur fond orange (donc de travaux) une déviation. Profitant d'avoir un trail, je tente de passer à travers les travaux en question et ignore cette déviation. En fait, je vais me perdre complètement dans ce village, et je comprends que les panneaux sont toujours sur fond orange ici, et pas spécialement en cas de travaux. Déjà une heure de perdue alors que mon voyage débute à peine. Pas grave, personne ne m'attend...

Dans ce premier village, quelques motocycles m'interpellent. Il doit y avoir un fabriquant de tricycles ici, car j'en ai vu 3 dans ce village et plus aucun ailleurs... 
600.jpg



J'ai déjà sillonne Belgrade, et l'impression que ça m'avait donne c'est que le peuple a vraiment une culture guerrière. Ça ne date pas de ces dernières années, mais toute leur histoire et leur passé est basé sur des invasions, des conquêtes, des chefs guerriers. C'est d'autant plus flagrant en venant de Roumanie ou la culture est plutôt basée sur la littérature et la poésie... Le seul bâtiment encore en Ruine à Belgrade, suite a la guerre et au bombardement de l'Otan, reste en l'état pour entretenir le sentiment de victime des Serbes.

Excellent logement en dortoir à Belgrade ici :
http://www.belgradeeye.com/

Les routes sont correctes, mais je n'ai jamais vu un aussi grand nombre de radars! En général dans les endroits piegeants. Heureusement les appels de phare pour avertir fonctionnent bien et je passe entre les mailles du filet. Je n'ai vraiment pas une moto qui incite aux excès de vitesse, mais je me serais bien fait avoir 2 ou 3 fois en 300km.

Rien d'extraordinaire en Serbie. Ah si, quand même, en fin de journée, j'aperçois une Triumph joliment customisée. 
602.jpg
603.jpg

604.jpg

 Je m'arrête pour échanger 2 mots avec le proprio qui est en train de tomber le moteur de sa Yugo/Zastava/Karal (je ne connais pas la nuance entre ces modèles qui pullulent en Serbie). 
605.jpg

Il m'indique un motel miteux à 2 pas. Lorsque je tente un "do you speak english?", la tenancière me réponds par un "Da" franc et direct. Ca sera le seul moment où elle fera illusion sur son niveau en anglais. Il faudra au moins 20 minutes de palabres, gestuelle pour qu'elle comprenne que je veux une chambre pour la nuit (en général, on ne vient pas dans un motel pour faire des photocopies ou acheter du pain pourtant, mais bon.) et pour s'entendre sur le prix (10 euros). Le Serbo Croate, ce n'est vraiment pas inné, à moins d'avoir fait du russe dans sa jeunesse...

A propos de la langue, le Serbo-croate est donc la langue officielle dans tous ces pays. Mais depuis la guerre et les indépendance successives, chaque pays prend un malin plaisir a essayer de retrouver des mots anciens, plus usités, et de les remettre au goût du jour de manière à différencier la langue d'un pays et de l'autre. Ils détruisent volontairement leur unité linguistique. Si on ajoute à cela un peu de mauvaise volonté, il y a fort à parier qu'un jour un Serbe doive utiliser l'anglais pour parler a un Bosniaque ou un Croate. Quel gâchis ! Enfin bon, moi les seuls mots russe que je connaisse, c'est des russes de sioux...

Le prix de l'essence a été exactement le même partout dans le pays : 88Kr/litre, soit 1,06 euro/litre

Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans l'ex Yougoslavie en moto
commenter cet article
1 septembre 2006 5 01 /09 /septembre /2006 10:40
Début septembre, j'ai attaché le sac à dos sur la moto et suis parti tout seul pour un petit périple en Serbie, Monténégro, Kosovo, Albanie, Croatie, Bosnie et retour en Roumanie. 

Au total, il y a eu 8 frontières en 9 jours. La préparation du voyage était quasi nulle et s'est limitée à un train de pneus neufs pour la moto. Le porte bagage en bois bricole il y a quelques mois devrait être assez solide pour transporter mon baluchon. De toute façon, je voyage léger, et je privilégie le logement chez l'habitant au camping de manière à avoir le maximum de contact avec les gens (et la gastronomie locale). L’objectif principal est de rouler en moto sur de nouvelles routes, mais aussi d’essayer de se faire une idée sur des pays nouveaux connus uniquement par la guerre encore récente, par le biais de rencontres. D’une manière générale, je préfère ce qui me touche à ce qui est beau.

Ce compte rendu est à la fois pour la famille, les copains, les amoureux de voyages et de motos. Il y aura donc probablement des passages qui ne vous intéresseront pas du tout! A vous de trier suivant vos centres d'intérêt!

AVERTISSEMENT : ce qui est dans ce compte rendu n'est la vérité sur le pays, mais juste ce que j'ai pu entrevoir en quelques jours, avec toute ma subjectivité. Ne généralisez donc pas cet exemple à tout un pays et tout un peuple!

Voici donc quelques idées en vrac qui me viennent sur chaque pays, avec les rencontres les anecdotes

Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans l'ex Yougoslavie en moto
commenter cet article