Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 23:07
L'Ukraine.

Quelle drôle d'idée d'aller en vacances en Ukraine en février!

Ukraine-20070213-143750.jpg
Avant de partir là bas, comme toujours, j'étais motivé par le changement de mes idées préconçues :
J'assimilais l'Ukraine à un vaste pays plat et sans intérêt, avec juste une grosse industrie en déroute, des hommes qui cherchent en vain une lueur d'espoirde vie meilleure au fond de leurs verres de vodka, et quelques femmes prête à se marier à n'importe quel bonhomme occidental pour échapper à leur triste destin. C'était déjà justement la mauvaise réputation de la Colombie et le la Bosnie qui m'avait poussé à y aller, histoire de vérifier qu'il y a autre chose que les clichés.
Mais là, la conclusion sera tout autre, et le voyage n'a fait qu'enfoncer le clou : Ce que j’ai vu de l'Ukraine est comme le l'imaginais, peut être en pire.

Ukraine-20070210-191537.jpg

Après une longue journée de route dans mon pick-up roumain, je passe enfin la frontière Ukrainienne via la Hongrie. Record incroyable : 17 minutes seulement! Les douaniers Ukrainiens ont quand même pris la peine d'arracher au passage quelques lattes du plancher que j'avais installe pour dormir, mais qu'importe.
Ukraine-20070214-173949.jpg

Première soirée à Uzgorod, pas loin de la frontière. Je ma balade dans les rues et je me sens tout petit. Les Ukrainiens me font la même impression que les tchèques : c'est comme des hommes normaux mais à l'échelle 1,2.
La première soirée d'un voyage, seul dans une ville étrangère, sans aucun repère, me donne toujours un sentiment étrange. Je n'arrive pas vraiment à l'analyser et savoir s'il est plaisant ou non. Heureux de réaliser le projet qui me tient à coeur, mais aussi inquiet de me retrouver dans un lieu dont je ne connais rien, ne maitrise rien, ne comprends rien. "Mais qu'est ce que je fous là? Je suis sûr qu'ils ont même pas TF1".
Par manque encore d'expérience mais aussi surement d'esprit d'aventure je jette mon dévolu et mon pardessus dans une pizzéria branchée où j'espère trouver, en plus des tomates et des olives, un serveur parlant anglais. Finalement, le dit serveur était une jolie blonde, ce qui fut plutôt une bonne surprise, mais elle ne parlait pas anglais, se qui fut déjà plus décevant. (Et je ne saurai jamais si elle parlait Hongrois ou Finlandais, ce qui, après tout, ne m'aurait pas plus avancé). Avec une carte écrite en cyrillique, je choisis au hasard, les yeux fermés. Visiblement mon choix n'est pas judicieux puisqu'elle me conseille plutôt un autre modèle qui s'avèrera être une Calzone fumante et appétissant. Voila qui permettra une transition douce pour mon premier contact avec l'Ukraine.


Première nuit en Ukraine, première nuit dans le pick-up au plancher rafistolé. Dormir en ville ne m'enchante pas. Isolé en pleine campagne non plus. Je trouve donc un petit village où je me pose sur un parterre de boue pour passer la nuit. Le chien de la maison d'à côte aboie dès que je me retourne sur mon matelas gonflable bruyant, et je crains de voir un curieux frapper à la porte en pleine nuit... mais il n'en a rien été. Et au petit matin pluvieux je peux reprendre ma route vers le nord (vers le beau nord? vers le bonheur?)

Ukraine-20070211-082021.jpg
La route est plutôt bonne. Plutôt meilleure qu'en Roumanie, mais vraiment moins bonne qu'en Hongrie. En haut d'une colline, au milieu de la route, un flic est planté là avec sa belle toque en fourrure grise. Il me regarde fixement sans bouger. Je ralentis et passe en douceur à sa hauteur où il me fait soudain signe de m'arrêter. Il m'avise qu'il y avait un STOP juste à son niveau. Et moi, obnubilé par les gestes éventuels qu'il aurait pu faire, scrutant ses moindres battements de cils ou variation de sa respiration, je n'avais bien sûr rien vu.
Il m'invite avec insistance dans une "cabanaflic" posée juste à coté, avec 4 policiers à l'intérieur, surveillant uniquement ce STOP, pour les formalité$. Personne ne parle anglais et j’entrevois déjà toute la paperasse qu'il va falloir faire et la difficulté pour payer l'amende puisqu'ils me parlent de formulaire à aller chercher en ville etc. Soudain une voiture de sport aux couleurs de la police fait un demi tour très remarqué dans un crissement de pneus : c'est le Chef qui arrive. Le charabia de mon hôte recommence alors que le chef en question entre chercher un bout de pain et de saucisse puis ressort. Du coup, mon Kamarade policier change de ton et d’attitude, et me fait comprendre cette fois de manière bien plus explicite qu'il est temps de filer un ou deux billets pour pouvoir repartir. N'ayant aucune idée du cours de la corruption Ukrainienne, je prends le premier billet qui vient... équivalent de 3 Euros. Là il insiste en me disant que le chef est juste à 2 pas. Je ne comprends pas si cela signifie qu'il faut glisser le billet au chef ou lui donner justement à lui, avant que le chef ne revienne. Du coup, je sors un second billet de 3 euros qu'il accepte, (avec surement un peu de gène bien que je n’ai rien entrevu dans son regard a cet instant). Le chef était sorti simplement pour nous laisser le temps et la possibilité de cet arrangement à l'amiable.
Et me voila en route à nouveau. Pas mécontent de ce don à l'orphelinat de la Police Ukrainienne, et mon Kamarade a semble t il été sensible à ma générosité, puisqu'il m'a, semble t-il, souhaité "bonne route" lorsque je suis reparti.

Ukraine-20070211-143620.jpg

Second jour, sur les panneaux est écrit approximativement "PANEXIB". Ca se lit "Radechov", parce que écrit en Cyrillique. Il va falloir apprendre à traduire tout ça, sinon la circulation va devenir problématique entre utiliser une carte en alphabet latin et des indications en cyrillique. D’autant que le GPS utilisait une carte calibree par mes soins qui m’a donne durant tout le trajet ma position … a 200km près. Je sens que je ne suis pas encore au point moi !
Le temps de s'arrêter pour la photo de l’entrée du village, et je vois une voiture immatriculée en France avec remorque qui entre dans la petite ville. Je n'y crois pas : c'est mon pote Paulo avec toute la bande, partie 2 ou trois jours plus tôt de France, qui arrive *exactement* en même temps que moi! Du coup, je n'ai eu qu’à suivre pour trouver l'appartement de Bohdan et Irina, avec en tête la théorie de la synchronicité.

Ukraine-20070211-144914.jpg

J'avais prévu de dormir dans la voiture aménagée, et les collègues dans un petit
hôtel du coin. Finalement, durant tout le voyage, rien ne se passera comme prévu
puisqu' Irina nous aura déniché un appartement rien que pour nous. Un vrai lit,
une douche chaude... Une certaine idée du luxe quoi!


Les moments forts? Y’en a un paquet, en fait...

Ukraine-20070216-214353.jpg



L'attention extrême d'Irina pour le cousin Alexis... Étonnante au début, attachante ensuite, un brin comique car excessif plus tard…






Ukraine-20070216-212809.jpg


















Le regard de gamin heureux de Bohdan lorsqu'il découvre avec nous ses Carpates, ou lorsqu'on achète des amortos tous neufs pour son side car. Ca aussi c'est une vision forte qui me reste dans la rétine. Du coup, je retournerais bien en moto pour faire avec lui une virée de 2-3 jours et s'échanger le DR contre le IJ a l'occasion, en faisant du camping sauvage. Je ne lui en ai pas parlé pour ne pas lui donner de faux espoirs, mais il faudra vraiment mettre ça au point pour cet été en revenant du Caucase.















Ukraine-20070214-195045.jpg
Les filles célibataires du village qui passaient fumer leur cigarettes dans la
cage d’escalier, au premier étage, juste devant la porte de notre appartement,
juste comme ça... pour voir les français fraichement débarqués... et pour être
vues aussi... et qui sait ?



La jolie extravertie du premier soir, soit-disant célibataire, attendait en fait
le retour de son mari de prison...





Ukraine-20070213-224958.jpg 




Cette brune superbe qui nous impressionna tous, avec un visage qui exprimait la tristesse même lorsqu'elle souriait. C'est en lui servant sa 4eme vodka qu'elle me réclamait, la clope au bec, que j'apprenais que "du haut de ses 18 ans, elle est enceinte du 3eme". Je crois que ça a été le moment le plus dur du voyage pour moi. (...)







Cette boîte lugubre à la musique infernale ou nous étions les seuls convives...





Les bars laissant le choix entre 20 vodkas différentes et excellentes pour le prix d'une bière en France.













Les jeunes couples d'amoureux ou aventureux, qui ne peuvent vivre ensemble ni se payer un  hôtel tant qu'ils ne sont pas mariés avec un salaire, et qui se retrouvent dans une pseudo clandestinité inconfortable lorsqu'il veulent partager un brin d'intimité. L'inconfort n'est pas seulement matériel en Ukraine mais il se ressent aussi dans les relations qui sont toujours plus difficiles et jamais simples, car ils sont coincés entre les difficiles contraintes de la religion, de l'economie et les traditions...

Ukraine-20070211-132906.jpg

Ukraine-20070214-130059.jpg

Le petit déjeuner au calme avec les copains aux regards embrumés pas la nuit trop courte. Ca ressemble à rien ces moments là, mais je me souviens prendre 50cm de recul en me disant "tiens, là, en ce moment, je passe un bon moment. Un de ces moment qui mis avec les autres construit une vie heureuse"









Ukraine-20070212-122229.jpgEt la moto dans tout ça? C’est la passion et l’activité principale de Bohdan qui trouve aussi là son espace de liberté. C’est tout fier de nous ouvrir son nouveau garage qu’il a monte lui-même dans l’année, brique par brique et de nous indiquer qu’avec ce nouveau garage il a même l’électricité ! En effet, un câble de téléphone a été recyclé pour apporter le courant. Un transformateur fabriqué à la main est d’ailleurs posé par terre pour relier en permanence au 220V la moto dont le circuit de charge laisse à désirer. Une sorte d’Optimate basic mais fonctionnel.



Ukraine-20070212-111723.jpg




On trafique un peu le circuit électrique et d’alimentation et les coups de kicks s’apparentent à un massage cardiaque pour relancer la machine. Ce n’est pas un pneu éventré ou une suspension cassée qui vas nous arrêter ! Malgré notre monture exotique et branquebalante, la traversée du village se fait dans l’indifférence générale. Une heure plus tard, lorsque l’on rentre en poussant notre attelage sans vie, non seulement  cela ne génère pas plus de curiosité qu’à l’aller, mais on se sent même intégré en quelque sorte dans le paysage Ukrainien.




Ukraine-20070212-114015.jpg

La nuit venue, on repart cette fois avec Paulo et Manolo en rab’ et on se relaie au guidon, histoire d’expérimenter la side car, la moto de l’Est, la conduite sur la neige et la conduite de nuit. Ca va peut être faire un peu beaucoup pour une première sortie… Les écarts sont nombreux, et quand on prend un peu d’assurance c’est là que les tas de sables tapis sous la couche de neige se redressent sournoisement au passage du side manquant de renverser tout l’équipage. "Le tas de sable est fourbe". Disons raisonnablement que j’ai encore une bonne marge de progression. En tout cas par rapport à ma première expérience de side Guzzi sur route, ça n’a absolument rien à voir ! Je ne sais pas si c’est à cause des moteurs foncièrement différents, de la légèreté du IJ  ou de ses pneus étroits, mais là où le Guzzi était lourd et physique à manier tout en force, la IJ semble être sur un tapis volant choisissant elle-même sa trace suivant les devers et les coups de vent…

Ukraine-20070212-181233.jpg
Le chemin recouvert de neige vierge que nous considérions comme un raccourci se transforme en hors piste et on s’y embourbera copieusement, dans un paysage lunaire. Voila qui m'apprendra qu’il ne faut pas se mettre derrière la roue motrice pour pousser.
Ukraine-20070212-113041.jpg

Et puis y'a les Copains : la Da Crew
Alors que l'image de l'Ukraine ne m'a surprise en rien, c'est le groupe que l'on formait avec la troupe de francais m'a le plus touché. Super attaché  à mon indépendance, garante de ma liberté, j'imaginais volontiers passer 2-3 jours avec la troupe et le reste de mon côté. Une idée qui me paraitra saugrenue après le premier jour déjà. Finalement, je me suis rarement senti aussi bien. Chacun, différent, venant avec des motivations différentes, le "Groupe" et son énergie bulldozer n'a pas pris le dessus sur les individus. C'est tout con, mais c'est le genre de trucs qui piquent les yeux sur le chemin du retour.
Ukraine-20070216-215058.jpg
Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans Février en Ukraine
commenter cet article