Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 14:04
La phrase du jour sera : "Un bar, ca vous change la vie"

Lever a 4h30 du mat pour prendre le lever du jour depuis la pension! 
IMGP3581--.JPG
Rassurez vous, je me suis recouche juste apres! Voici d'ailleurs la porte de ma chambre...  
Je n'ai jamais eu une chambre aussi classe!


La Capadoce c'est un melange de granit et de calcaire. Une ancienne zonne volcanique, beaucoup d'erosion, et ca donne des paysages impressionnants. 

IMGP3722--.JPG

IMGP3779--.JPG
La roche est creusee manuellement ou naturellement pour y realiser des habitations. Il y avait des villes completes sous terre! C'est beau et ca fait envie. Mais a bien y reflechir, vous aimeriez vous une maison sans fenetre, sans lumiere et sans aeration?

IMGP3734--.JPG
J'ai laisse tous les bagages a la pension (meme les outils, c'est pas malin!) et je pars pour la journee sur les pistes et sentiers de balades pedestres. En cette saison c'est desert. Il n'y a du monde qu'en avril-mai et juillet-aout.

IMGP3706--.JPG

La moto, meme allegee, glisse tout le temps et n'est vraiment pas a l'aise (enfin surtout son "pilote"). Rien de grave, de toute facon j'ai encore des calecons de rechange.


Apres une heure a crapahuter tant bien que mal, je realise que j'ai toujours mes pneus surgonffles a cause de la route precedente. A l'ombre d'un arbre, a l'aide d'une brindille, je degonffle les 2 pneus... sans manometre, donc au pif, histoire qu'ils soient moins rigides. Le lendemain, en faisant la pression j'ai vu que je suis passe a l'arriere de 2 bar a 1 bar, et comme je le disais au debut : un bar ca vous change la vie! C'est donc jusqu'au soir que j'essaie de trouver des chemins pour naviguer dans ce decors...


IMGP3795--.JPG
IMGP3794--.JPG
Encore une rencontre et petite discussion le temps de faire le plein et de fumer une cigarette (sauf que ni lui ni moi ne fumons) Enfin, lui, c'est sa moto 2 temps qui fumait un peu. Il m'a explique que c'est une "planete". Pas une moto sovietique mais turque. Moi, je ne connaissais que la IJ Planeta. Si vois avez des infos sur cette moto... Il y a en particulier des petits caches le long du cylindre dont je ne comprends pas la raison...

IMGP3723--.JPG
Un peu de repos sous cet arbre ou une BMW semble avoir oublie son siege...

IMGP3741--.JPG
Ici : la vallee des pigeons. Devinez pourquoi?

IMGP3746--.JPG

Encore un cadeau qui me tombe dessus : les deux gamines qui posent lorsque je sors pourtant discretement mon appareil...

IMGP3757--.JPG

La Capadoce, ca se visite en scooter ou en quad (on peut en louer sur place), voire a cheval, mais le meilleur moyen, c'est a pied. Les itineraires sont bien ablises, font entre 1h30 et 5 heures, et sont tres accessibles.
Alors pourquoi je l'ai fait en moto? Ben parce que j'aime la moto et que je suis une faignasse pardis!

IMGP3778--.JPG

IMGP3802--.JPG
Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans jusqu'au Caucase en moto
commenter cet article
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 12:46

Apres l'instant de panique se retrouvant sans GPS, je retrouve mon sang froid et a 8h30 je me remets en selle pour la plus longue etape, probablement, du parcours : 750km vers la Capadoce, une region tout en centre de la Turquie, ou je tiens a faire etape.

Isabelle m a recoimmande la pension Kilim, chez chikchik, donc meme en arrivant avec la nuit, ca devrait le faire.

C est long donc je coupe au plus simple/rapide : l'autoroute. De toute facon, si le reseau routier principal est tres bien en Turquie, il n offre pas beaucoup d'alternatives.

A la sortie d'Istambul, un grand pont traverse le Bosphore (ca s'ecrit comment?) et on est accueilli de l'autre cote par un grand paneau : "Bienvenue en Asie", comme si on changeait de continent. En fait, avant de partir, la notion de continent etait plutot vague et imprecise pour moi, poil au doigt (Ca c'est pour Romaric) et en discutant avec les Turcs je realise que eux ne cherchent plus a se poser la question, et se sentent simplement citoyens du monde. Diantre! Et s'ils avaient raison et que tout ce debat pour mettre un nom sur des metres carres de terre n'etaient que foutaises et balivernes? Pourquoi a t on toujours besoin de mettre une etiquette sur les choses, de baptiser, de nommer, comme si cela etait necessaire pour que les choses existent. C'est pas la premiere fois que j'ai ce sentiment : certaines choses ont un nom, et c est leur nom qui leur donnent leur existance. 
Par exemple, le "futur". Imaginons que le mot n existait pas. Est ce que l on aurait imagine l'existence de quelque chose comme ca, qui justement, n'existe pas encore? Plus inquietant encore, j'imagine volontiers que des concepts, des sentiments, des dieux ou des valeurs n'exitent pas dans notre monde, simplement parce que personne n'a mis encore un mot dessus.
J'en vois qui s'endorment au fond, alors je vais revenir aux sujets qui vous interessent, a savoir :
"tu manges bien?"  pour ma maman
"quelle pression mets tu a l arriere, sur les pistes et lorsqu'il fait chaud?" pour les motards
"quelle est l adresse de la pension?" pour les voyageurs
"quelle est la sensibilite des films recommandes?" pour les photographes
"combien de temps comptez vous encore rester la?" pour le patron du cafe internet ou je suis en ce moment.

Premiere aire de repos a la sortie d'Istambul, donc et encore une rencontre impromptue (voyager seul est le meilleur moyen de ne jamais etre seul) avec un motard gare juste a cote.
Sur son reservoir un autocollant "MT". Mais ce n'est pas pour autant un des motards-toulousains(.com) 

IMGP3554------.JPG













Il ne parle pas un mot d'anglais mais on arrive a discutailler un peu et faire copain copain.

untitled----.JPG

Lui va voir sa copine a quelques centaines de kilometres. Tiens, mais au fait, qu'est ce que je fais la moi? Qu'est ce que je cherche? Une question que j'espere elucider durant ce voyage...

Bon, c'est pas tout ca, mais j ai encore 700km a faire!

La route est longue, droite, sans grand interet. Penible en plein cagnard. Mais je serre les dents (et les fesses qui commencent a signaler leur different avec la selle etroite de la moto).

Ankara :
Arrive a Ankara, la capitale, je redoute un brin la traversee de la ville. En fait il n en est rien, car un IMMENSE peripherique (qui fait largement plus de 100km) contourne la ville au milieu des champs. Je ne verrai donc que que les champs, des colines, et de temps en temps des grands carres de quelques hectars ou sont plantes en rang d'oignons des immeubles colores tout neufs de 12 etages, tous exactement les memes... et a nouveau des champs. On se croit tout a fait a SIMCITY mais en taille reelle. "On"decide de planter une centaine de pavillons dans ce carres, ou 12 immeubles dans celui la. Le relief est doux et valonne, mais le cadastre est droit et rigide. "Ordre et Progres" c'est le slogan (plutot trerrifiant a mon avis) du Bresil, mais il convienbdrait bien pour la municipalite d'Ankara aussi.

Apres Ankara, je suis creve, mais il reste encore 300km. Eh bien ces 300km la ont ete royaux! A partir de 5 heures de l'apres midi, le soleil bas donne des reflets superbes aux champs de bles balayes par le vent. Je sais, ca fait vraiment cliche, mais c etait beau, voila. 

IMGP3559---.JPG

Un regal de milieu au milieu de ces colines. La route est tres bonne, presque deserte. Je redouble les 3 motos qui m'avaient double sur l'autoroute : un KTM Adventure bicylindre, une BMW F650 GS a chaine(elle n'a pas une courroie en France?) et un 660XT. Le XT a un probleme avec sa chaine, mais une des trois motos est deja partie en ville chercher de quoi depanner, donc je ne peux pas les aider plus. Je realise quand meme que j'ai oublie de prendre mon maillon d'attache rapide comme prevu...

Et puis enfin, juste a la tombee du jour, j arrive a ma pension dans la Capadoce... mais voila qui merite un article complet!

PS : J ai ajoute quelques photos dans l article precedent sur Istambul!
Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans jusqu'au Caucase en moto
commenter cet article
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 02:16

Aujourd huı jeudı, c est un jour sans moto (ou presque).
Ma mıssıon : obtenır un vısa pour la Georgıe, vısıter eventuellement la vılle, et effectuer un transfert strategıque chez la francaıse quı se propose de m heberger.

3h (du mat) Isabelle m envoıe un SMS avec l adresse du consulat
9h : je suıs devant le consulat
9h30 : le consulat ouvre et me faıt entrer dans une salle d attente apres une fouılle en regle.
10h : je tousse, je tourne en rond, j essaıe de faıre du bruıt pour que les personnes des bureaux se rendent compte que j attends...
10h20 : un Georgıenne, cachee derrıere une poıtrıne Gıgantesque, vıent a moı.
Je luı dıt que je vıens faıre une demande de vısa. Elle me demande ma natıonalıte. Je luı dıt que je suıs francaıs. Elle me reponds que ya plus besoın de vısas pour les francaıs.
Et voıla. C est aussı sımple que ca.
La trouvant tout d un coup bıen sympathıque on dıscute un brın. Elle a a coeur de soulıgner que pour aue les Georgıens vıennent en France, eux ont besoın de vısa.
J apprends qu en Turc, Georgıe se dıt Curgıstan.
Elle m apprends qu en Georgıen, ca se dıt encore completement autrement. Voıla mon premıer contact avec la Georgıe. Accueıllant et surprenant. Pourvu que la suıte soıt a la hauteur.

Maıs aujourdhuı c est donc une journee dedıee a la decouverte d'Istambul. 
Mon GPS a *perdu* la cate d europe de l est quı couvraıt jusqu en Azerbaıdjan. D aılleurs sı quelqu un a sous la maın le fıchıer correspondant, pour Tomtom 5, je suı prennant!. Apres une mınute de panıque, revıent a ma memoıre que jusqu a ıl y a encore 6 moıs, je me debrouıllaıs tres bıen avec une carte. Retour aux sources donc pour traversser la vılle a cheval sur 2 contınents. J arrıve donc fınalement a trouver le logement d Isabelle quı vıt en colocatıon avec une etudıante turque et un chıen avec quı je passeraı la nuıt (le chıen).



Bon, et ıstambul, alors?
Ca va, ca va, j'y vıens.
601.jpg
L'ıdee que j'avaıs d'ıstambul avant d'y etre, c etaıt celle d une vılle gıgantesque, bruyante, grouıllante, fatıguante. A ce moment la, je revaıs justement de faıre la sıeste en haut d une colıne sous un grand chene (ou un cerısıer, je ne suıs pas sectaıre) et donc je redoutaıs l amımatıon de la vılle.
Ce que j aı vu? C'etaıt exactement comme je l'ımagınaıs. La cırculatıon est completement cahotıque, maıs cela devıent un avantage en moto ou on n hesıte pas a sauter un terre pleın, a se fauffıller, a telephoner pour trouver sa route tout en restant en double fıle... La lıberte qu'ıls prenennt dans la cırculatıon, on peut prtendre la meme. Bon, avec une voıture je feraıs quand meme beaucoup moıns le marıole. Maıs ca c est bıen passe.

604.jpg
Il y a des mosquees un peu partout. Ca se ressent au nıveau archıtectural, bıen sur, maıs je n aı pas vraıment sentı de pressıon dur a la relıgıon. C est vraıment une vılle ouverte et ''moderne''. (J'aıme pas ce mot de moderne, parce qu'on l'utılıse pour faıre accepter n'ımporte quelle evolutıon qu'elle soıt posıtıve ou negatıve)


Tiens ce petit prince parade dans la rue, mais ne semble pas radieu pour autant. On m'expliquera plus tard que c'est le jour de sa circoncision. Je le comprends...



A propos de bistouri, je suis moi meme tombe dans un coupe gorge!

615.jpg

Il y a des chats ıntellıgents partout. Ils ne sont pas tres sauvages et pas embetants non plus.
C est plutot agreable. Pourquoı je dıs qu'ıls sont ıntellıgents? Parce que je n en aı pas vu un seul ecrase!

612.jpg

On mange bıen! J'aı pas arreter de pıcorer des salades, des patısserıes, des vıandes, des plats de legumes,  jus de fruıts... Je retrougve l'ınfluence qu'a eu la Turquıe sur l'ouest de la Roumanıe, maıs en plus raffıne. C est le debut de l'Orıent, probablement, avec cette touche de rafınement supplementaıre que je n'aı vu nı en Bulgarıe nı en Roumanıe.

606.jpg

Je dısaıs juste avant qu'Istambul etaıt comme je l'ımagınaıs. Il y a quand meme une enorme dıfference : Je m'attendaıs a avoır le tournıs et vouloır fuıre a la premıere occasıon la megalopole bruyante, maıs bıen au contraıre, je me suıs trouve tres bıen la au mılıeu. Les transports en commun fonctıonnent tres bıen et sont bıen organıses. Tout le monde est tres sympa et avenant, sans avoır pour autant quelque chose a vendre.
Bref, c est une vılle ou je passeraıs bıen quelques annees. C'est ca, ma plus grosse surprıse avec Istambul.

600.jpg

Dernıere soıree a Istambul, a profıter des nuıts presque fraıches, sur le balcon jusqu'a pas d'heure...

Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans jusqu'au Caucase en moto
commenter cet article
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 02:01
9 heures du mat, a l heure ou tout le momde va au boulot, je doıs traverser toute la capıtale Bulgare.
En faıt, apres 4 ou 5 feux rouges, me voıla deja en dehors de la vılle.
chouette! Jamaıs traverser une capıtale n aura ete aussı facıle.

Par contre, ıl ne faut pas traıner en route, car le seul hebergement trouve a Istambul est une francaise, Isabelle Lalı (ca ne s ınvente pas!) quı ne pourra m accueıllır que sı j arrıve avant 18 heures. J y croıs...
Je surgonffle encore un peu mon pneu arrıere pour evıter qu ıl ne chauffe trop sur l autoroute. A 100km/h durant plusıeurs heures ıl auraıt vıte faıt de fondre avant que je ne trempe mes pıeds dans la mer Caspıenne.
L autoroute est correcte et les paysages valonnes sympatıques. La Bulgarıe est probablement tres bıen pour l'enduro ou le VTT car tout est tres accessıble.

A 12h 30 j arrıve a la frontıere. Les Bulgares me font passer les barrıeres sans rıen controler. Un regal. Pas de fıle d attente rıen.
Pour les turcs, c est une autre hıstoıre : un premıer barage de controle, puıs un second, puıs un 3eme... quı me refoule parce que mon assurance est perımee. Il faut que je revıenne 2 cases en arrıere pour acheter une assurance quı me permettra de rentrer en Turquıe. Je recommence donc las queue depuıs le depart... et ıl faudra pres de 3 heures avant de pouvoır rouler en Turquıe. Trop tard pour avoır une chance d arrıver a l heure a mon RDV. Heureusement par coup de SMS, elle m ındıque un quartıer sympa d Istambul avec des hotels pas trop chers.

J arrıveraı pas bıen loın, apres 550km de route, et trouveraı en effet pleın de petıts hotels. Au premıer je demande le prıx : 10 euros. Je ne vaıs pas faıre le dıffıcıle pour ce prıx la. D autant que la chambre est un poıl lugubre, maıs propre et ferme bıen a clef, et les sanıtaıres sur le palıer offrent un confort a la turque et une douche vıvıfıante (froıde).
Je luı demande ou mettre la moto en securıte, et me propose de grımper les 5 marches de l hotel, la ou entrent les clıents, et de la garer un peu plus loın dans un couloır... le tout sur la moquette.
Fınalement, on n arrıvera pas a prendre le vırage entre la receptıon et l escalıer des chambes et la moto dormıra quand meme dehors... Rıen de grave, maıs je suıs creve, encore enerve par le passage de la frontıere et de ne pas etre arrıve a temps au RDV. Je regarde le guıde de la Georgıe pour reperer sur le plan ou se sıtue le consulat de Georgıe pour aller faıre une demande de vısa demaın... maıs cette adresse que je croyaıs avoır vue ıl y a longtemps n y fıgure pas. Bref, la soıree n est pas top.

Le seul jeu de mot quı me vıent alors a l esprıt c est ''a ıstambul j aı les boules''. J en profıte pour me felıcıter que la vılle ne s appelle plus Constantınople, parce que faıre une rıme avec Constantınople c est moıns evıdent. Poıl aux dents.
Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans jusqu'au Caucase en moto
commenter cet article
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 22:31
9 heures du mat' J'ai des frissons.
La moto est prete, je laisse un mot dans la  boite aux lettres des voisins pour les prevenir... et c'est parti direction Sofia, en Bulgarie.
La route cote Roumain est une horreur, car en travaux depuis des lustres, et le soleil commence a taper rude.
Le chargement se comporte bien sur la moto, par contre je ne suis pas ravi du tout du comportement des pneus.
Apres 100km, j'augmente la pression a l'arriere, et je la diminue a l'avant, et ca a l'air de s'arranger.
J'en profite pour detailler un 2 roues qui m'intrigue a l'arriere d'une station service :

600.jpg
Dans ma tete? Des questions betes sur les trucs que j'aurais du faire, les trucs que j'ai bien plus oublier...
Bref, je roule mais la tete pleine de soucis et en serrant les fesses a cause des pneus.
au bout de 250km, je commence a avoir mal aux fesses. Au bout de 300, j'ai mal au dos.

Je longe le danube qui sert de frontiere avec la Serbie puis avec la Bulgarie. Enfin, j'arrive, creve, en ayant juste grignotte quelques biscuits, a 3 heures a Alafat, la ou il y a un bac pour passer en Bulgarie.


610.jpg

Si ce bac est un passage en Bulgarie, c'est aussi un passage dans ma tete. Un  peu comme un point de non retour. Je ne suis plus avec les "j'aurais du ceci ou cela" mais je suis enfin dans mon voyage, les yeux grands ouverts avides de decouvertes et de rencontre.




La Bulgarie a plutot mauvaise reputation en Roumanie qui y voit la un pays inferieur a elle. Je suis d'autant plus surpris de trouver des paysages valonnes et  super seduisants, des routes en super etats.
Si bien qu'a 150km de  Sofia, alors que j'ai le choix entre la route principale de Sofia (ou je m'attends a trouver plein de camions et rester sur le plat) et une autre route, a peine plus courte, mais ou un paneau anodin indique que le col est ouvert... Zou, devinez quelle a ete la route choisie?
Cette route ressemblait un peu aux routes d'Ariege, pas specialement en bon etat, mais fraiche, traverssant la foret et sentant bon le sapin. Une route qui rafraichit apres la journee sous le soleil de plomb. Tiens,  ca fait 500km que je roule et je n'ai plus mal au dos ni aux fesses moi!

Lea carte TOMTOM de mon GPS est carrement dans les choux et est incapable de me guider. C'est pas grave, une carte fera l'affaire.
IMGP3415-.jpg

Me voila a present heberge a Sofia dans une jeune famille adorable (de lapin). 
611.jpg
Au bout de 5 minutes le coupais les tomates, un quart d'heure plus tard, je changeais les cordes de la guitare... 

img-9249.jpg

Autant dire qu'ils font tout pour que je me sente a l'aise! Pendant ce temps la, des petits plats pour douze personnes sont en train d'etre cuisines. Le seul probleme de la soiree c'est que l on ne sera que 4 a manger... autant dire que ca compense mon repas de midi!

 607-copie-1.jpg
Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans jusqu'au Caucase en moto
commenter cet article
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 15:12

Je n'ai toujours pas reçu ni ma nouvelle carte bleue, ni les papiers d'assurances de la moto.
Tout devait arriver
hier, mais finalement l'assurance m'annonce qu'elle ne l'a toujours pas envoyé, et que la carte bleue est elle aussi toujours en fabrication.
La paperasserie est claireement mon gros point faible, et voila a present que ca me coute des jours de vacances parce que je m'y suis mis trop tard...

Il est  grand temps de faire mon sac!

Je prévois donc :

Paperasse :
Lonely Planet Georgie/Arménie/Azerbaïdjan,
Routard Hongrie/Bulgarie/Hongrie,
Routard Turquie,
carte de Roumanie,
Carte d'Ukraine,
Quelques photos d'identités (j'en aurai peut être besoin pour les visas),
Un calepin ou sont recopiés quelques numéros de téléphone et d'urgence, au cas où je perde mon téléphone portable,
Photocopie passeport, carte d’identité, carte grise, permis de conduire,

Je ne prends pas les numéros 4, 6 et 18 de l’encyclopédie Universalis qui traîtent des pays visités, ni de carnet de passage en douanes.


Electronique :
Téléphone portable tri-bandes,
Chargeur 220V du téléphone,
Lampe frontale
PDA Siemens LOOX N520 avec GPS intégré,
chargeur du PDA,
Convertisseur 220V / USB pouvant servir au PDA, la batterie du PDA, le disque dur portable,
Batterie externe "so easy rider" avec connectique modifiée vers le PDA,
Une clef USB 1Go avec un peu de musique a partager sur place, un petit logiciel de téléchargement par ftp, et une copie des cartes utilisées dans le GPS.

Je ne prends
pas le chargeur dédié de chaque appareil, mais un seul convertisseur 220V/USB qui fonctionnera pour pas mal d’appareils.

Vêtements :

Un vieux pantalon en cuir sur moi, parce que ça se lave d’un coup d’éponge !
Un jean et un pantalon léger,
Chaussures de marches avec des lacets neufs, et tennis légers,
Maillot de bain,
veste en jean
Veste d’Enduro Arlen Ness (avec des protections, une doublure étanche et une doublure chaude),
Stock de vieux tee-shirts que je pourrai laisser sur place, donner ou échanger à défaut de laver,
Une polaire de couleur sombre (pour ne pas voir quelle est trop sale !),
5 caleçons, 7 paires de chaussettes,
Gants moto d’été et d’hiver,
Sur pantalon de pluie,
Casque de cross parce que de toute facon, je je roulerai pas vite.

Je ne prends pas de blouson en cuir de moto car trop lourd et trop voyant, et prefère la veste d’enduro plus passe partout.
Pas non plus de bottes de moto, histoire de na pas jouer les Goldorack sur place. Une bonne paire de chaussures de marche devrait être aussi efficace.

 
Photo :

Etre léger et discret, mais pouvoir rapporter des bonnes images. C'est même la première fois qu'un magazine me "commande" des photos. Il va donc falloir assurer.
Appareil photo Pentax K10D recouvert de "gaffer" pour le protéger un peu et surtout lui donner un air de vieil appareil rafistolé pour ne pas attirer les convoitises,
2 cartes mémoires de 2Go chacune,
Objectif Sigma 17-70mm 2.8-4.5,
Objectif Pentax F 50mm -1.7 pour les portraits et les photos sans lumière,
Objectif Pentax 135mm - 2.5 non AF,
Un petit sac Lowpro super compact qui arrive a contenir tout juste tout ce matériel sans donner l’impression d'un gros fourre tout professionnel,
Un disque dur portable Jobo Giga One 40Go,
Le chargeur de batteries Pentax,
Un polaroid 600 avec une « pellicule » d’avance pour offrir des photos aux gentils autochtones.

Je ne prends pas de flash externe, d'objectif génial mais lourd et encombrant, de batterie de rechange, de kit de nettoyage pour le capteur.


Pharmacie :
pansements,
médicaments contre la diarrhée, contre la constipation, et contre les alergies,
Spray nasal pour déboucher le nez,
paracétamol/ibuprofene pour la gueule de bois les douleur diverses,
anti-inflammatoire.

Je ne prends pas les boîtes et les notices qui prennent trop de place pour rien

 
Trousse de toilette :
Gel douche,
Déodorant en stick et non en spray pour gagner de la place,
Brosse a dents et dentifrice,
Petite serviette,
cotons tige,
stock de mouchoirs en papier,
Un peu de lessive.

Je ne prends pas de rasoir et mousse à raser. Ca prend de la place pour rien, et je trouverai bien un barbier par semaine.


Outils :
La trousse d'origine a peu pres complete  (en particulier clef a bougie et clef pour retirer les roues)
3 demontes pneu
2 chambres a air de rechange
mini clef a cliquet Facom, avec plein d'embouts
gants de protection (c'est pas le moment de se couper un doigt quand on change un pneu)
clefs de 8, 10, 11, 12-13, 16-17
grosse pince
petite pince
tournevis
pince coupante
fil de fer
gafer
fil electrique
dominos
quelques durits de differents diametres
bombe anti crevaison
poignee de frein et d'embrayage de rechange
bougie neuve

Pas de chiffon (il y aura bien des tee shirts sales dispo!)

derniere minute : je retire les chambres a air, et les demontes pneu. Ca n'a de sens que si je prends un gonffleur avec ou des cartouches de CO2, mais je n'en ai pas trouvé. Je trouverai bien de quoi réparer sur place et puis de toute facon entre les pneu choisis et la chambre a air ultra renforcée, je ne DOIS pas crever.


Bagages :
petit sac a dos,
Gros sac de sport,
Sacoches cavalières souples pour moto.

 
Divers
Sac de couchage
Bouteille de Toica (alcool fort roumain), pour les échanges culturels.

Pas de tente et matériel de camping
Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans jusqu'au Caucase en moto
commenter cet article
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 22:27
Déjà des premieres question au sujet du porte bagage.

IMGP3149-.jpgVoici donc l'objet d'études menées en cooperation avec la NASA (Non Aux Sucres et aux Acides) :

Il est fixé a la moto en 6 points, en differents endroits de la boucle arrière.

IMGP3156-.jpg














La partie gauche profite de l'absence du pot d'échappement pour glisser un jerican de 5 litres.

IMGP3150-.jpg









Le lecteur attentif appréciera la pietre qualité des soudures, véritable signature du Chevalier Noir!


IMGP3166-.jpg














Les parties latérales servent de support aux sacoches latérales souples (et évitent qu'elles viennent se griller sur le pot d'échappement...

Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans jusqu'au Caucase en moto
commenter cet article
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 20:23
Pour partir comme ca 4 semaines,  loin des concessionnaires, la ou les assistances ne fonctionnent pas vraiment, autant etre pret. J'ai souvent modifie mes motos, mais a des fins esthetique  ou de performance.
La, ce qu'il faut eviter a tout prix, c'est l'accident ou la panne. Les modifications portent donc sur Fiabilite et Securite.
IMGP3149-.jpg
Voila la liste des modifications prevues, réalisées (ou non!)

 * Agrandissement du porte bagage maison realise en inox (et pas en alu, parce que pour trouver un soudeur d'alu dans la cambrousse...)
 * Ajout d'un systeme pour mettre une jerican metallique de 5 litres. (Ca coute 15 euros, alors qu'un reservoir adaptable specifique a la moto en coute bien 300!)
 * Ajout de retroviseurs
 * Ajout de clignotants
 * Changement du pignon de sortie de boite pour repasser en demultiplication d'origine parce qu'il y aura surtout des (mauvaises) routes et pas specialement d'enduro, je pense
 * vidange et changement filtre a huile
 * Mise en place d'un gros sabot protecteur
 * mise en place de proteges mains renforces avec une barre d'alu
 * soudage d'une petite plaque sur le guidon pour le PDA/GPS
 * Pneus Michelin Desert AV et AR
 * Chambre a air ULTRA renforcee a l'arriere (4mm d'epais) et renforcee a l'avant.IMGP3172-.jpg
 * Changement des plaquettes
 * verification/graissage des roulements
 * passage d'un spray de silicone dans les connecteurs et contacteurs
 * Proteges radiateurs (pour ne pas qu'ils s'ecrabouillent en cas de chute)
 * Regarnissage du pot d'echappement (MIG non homologue, et trop bruyant)
 * Cales pieds larges
(les points en italiques ne seront surement pas realises par faute de temps)
IMGP3162-.jpg
Au sujet du chargement de la moto, j'ai évité les grosses valises en aluminium. Elles n'ont a mon avis que 2 avantages : la possibilite de fermer a clef, et le look baroudeur. Encore que de ce cote, c'est justement pour barouder que je prefere des sacoches souples qui amortiront les chocs en cas de chute au lieu de casser.
Pareil pour le guidon, une modification courante est le remplacement par un guidon alu. Je prefere garder le lourd guidon acier d'origine, car il peut se tordre et de-tordre voire meme resouder, lorsque le guidon alu declare forfait.






Au final, la moto est plutot moche, plutot lourde, mais j'espere que ca fera l'affaire. De toute facon, je prefere ne pas me faire remarquer sur place

Côté administratif, n'ayant pas d'ambassage de Georgie a proximite, j'essaierai d'avoir mon visa a Istambul. Les autres visas seront achetés sur place.
Je pars donc juste avec la carte bleue, quelques dollars, le guide du routard de la turquie, le lonely planet des 3 pays du Causcase et roule...
.IMGP3164-.jpg
Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans jusqu'au Caucase en moto
commenter cet article
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 16:41
Yop'là


Quitte a habiter à l'est, autant en profiter.
Il est 20h30, je suis  encore au boulot, et je télécharge une carte du monde pour rêvasser devant de nouvelles destinations.. Le tour de mer Méditerranée est finalement plus complique que je ne l'imaginais, en particulier avec l'Egypte carrément problématique lorsque l'on a son propre véhicule, et la Lybie ou l'on ne peut rouler qu'avec un guide...
Du coup, je regarde plus à l'Est, et je me dis que j'irais bien faire un tour dans la Cappadoce Turque. Quitte a être la, la Géorgie,  me tends les bras, avec l'Arménie juste a côte, et l'Azerbaïdjan a la consonance exotique.... et pourquoi pas?
Ca permettrait d'aller jusqu'à la mer Caspienne.
Tiens, mais justement, après la mer Caspienne, pas bien loin, y'a la mer d'Aral qui me tente bien. Soyons honnête, je ne connais rien de ces régions, mais certains noms me donnent envie d'aller voir de plus près.
D'ailleurs la mer d'Aral semble être au milieu d'une immense plaine... autant continuer un peu plus a l'Est pour trouver des montagnes... tiens ben justement, ces montagnes font la frontière avec la Chine! Et si j'allais jusque là?
plan-A.gif
Autant dire que j'ai fait plein de rêves la nuit qui a suivi.


Le lendemain, je  regarde de plus près l'échelle de la carte et même en prenant  plusieurs semaines de vacances ... je crois que ça ne va pas passer! Il faudrait partir 6 mois. Ca ne sera donc pas en 2007.

Il est donc temps de passer an plan B : la version courte : Traverser Roumanie, Bulgarie, Turquie, visiter Géorgie, Arménie et Azerbaïdjan, et revenir par la Russie, l'Ukraine et la Moldavie. Voila qui est bien plus acceptable pour des vacances. Et puis j'ai envie d'aller voir le Caucase.
plan-B.gif
Amusant d'ailleurs de constater que le plus haut sommet d'Europe n'est pas le Mont Blanc, comme enseigne a l'école, mais le Caucase! Si des profs pouvaient s'expliquer la dessus, je serais curieux de connaitre les raisons d'informations erronées comme ca...

Je compte au pire 8000km... donc en 4 semaines ca devrait passer.

"Pour Noël? J'aimerais un guide de la Géorgie, Armenie, Azerbaïdjan". Le père Noël m'a entendu, et a exaucé mon souhait. L'occasion de se renseigner un peu plus sur la géopolitique de ces pays.
C'est pas si simple :
L'Azerbaïdjan est en guerre contre l'Armenie, parce qu'un territoire Azeri est peuplé par des Arméniens qui revendiquent leur indépendance ou appartenance à l'Armenie.
D'ailleurs, la frontière entre Arménie et Azerbaïdjan est complètement fermée. Il faut passer par la Géorgie pour aller d'un pays a l'autre.
A noter aussi que l'on ne peut pas entrer en Azerbaïdjan si on a un visa Arminien sur son passeport. Il faudra donc visiter l'Azerbaïdjan avant l'Armenie.
La pointe nord ouest de la Géorgie est aussi instable et il est très fortement recommandé de ne pas y mettre les roues.
Et pour finir, la frontière russe est fermée aussi parce que la frontière donne juste sur ... la Tchetchenie!
Le tour de la Mer Noire est donc sacrement compromis, et j'envisage de revenir par la Turquie et Bulgarie a défaut de pouvoir passer par le nord. C'est le plan C!

plan-C.gif
Et là, il y a 2 ou 3 semaines, je trouve enfin une compagnie de Ferry qui propose une liaison entre la Géorgie et l'Ukraine. Plus besoin donc de passer par la Russie et je peux faire mon tour de Mer Noire comme espéré!
C'est le plan D!

plan-D.gif

Il y a fort a parier qu'au final, l'itinéraire réel soit sensiblement différent, mais c'est la base de départ. D'ailleurs je pars dans exactement 1 semaine!
Je ne sais pas encore si c'est le début d'une histoire Caucasse, mais ça sera mon aventure Caucase


Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans jusqu'au Caucase en moto
commenter cet article
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 23:07
L'Ukraine.

Quelle drôle d'idée d'aller en vacances en Ukraine en février!

Ukraine-20070213-143750.jpg
Avant de partir là bas, comme toujours, j'étais motivé par le changement de mes idées préconçues :
J'assimilais l'Ukraine à un vaste pays plat et sans intérêt, avec juste une grosse industrie en déroute, des hommes qui cherchent en vain une lueur d'espoirde vie meilleure au fond de leurs verres de vodka, et quelques femmes prête à se marier à n'importe quel bonhomme occidental pour échapper à leur triste destin. C'était déjà justement la mauvaise réputation de la Colombie et le la Bosnie qui m'avait poussé à y aller, histoire de vérifier qu'il y a autre chose que les clichés.
Mais là, la conclusion sera tout autre, et le voyage n'a fait qu'enfoncer le clou : Ce que j’ai vu de l'Ukraine est comme le l'imaginais, peut être en pire.

Ukraine-20070210-191537.jpg

Après une longue journée de route dans mon pick-up roumain, je passe enfin la frontière Ukrainienne via la Hongrie. Record incroyable : 17 minutes seulement! Les douaniers Ukrainiens ont quand même pris la peine d'arracher au passage quelques lattes du plancher que j'avais installe pour dormir, mais qu'importe.
Ukraine-20070214-173949.jpg

Première soirée à Uzgorod, pas loin de la frontière. Je ma balade dans les rues et je me sens tout petit. Les Ukrainiens me font la même impression que les tchèques : c'est comme des hommes normaux mais à l'échelle 1,2.
La première soirée d'un voyage, seul dans une ville étrangère, sans aucun repère, me donne toujours un sentiment étrange. Je n'arrive pas vraiment à l'analyser et savoir s'il est plaisant ou non. Heureux de réaliser le projet qui me tient à coeur, mais aussi inquiet de me retrouver dans un lieu dont je ne connais rien, ne maitrise rien, ne comprends rien. "Mais qu'est ce que je fous là? Je suis sûr qu'ils ont même pas TF1".
Par manque encore d'expérience mais aussi surement d'esprit d'aventure je jette mon dévolu et mon pardessus dans une pizzéria branchée où j'espère trouver, en plus des tomates et des olives, un serveur parlant anglais. Finalement, le dit serveur était une jolie blonde, ce qui fut plutôt une bonne surprise, mais elle ne parlait pas anglais, se qui fut déjà plus décevant. (Et je ne saurai jamais si elle parlait Hongrois ou Finlandais, ce qui, après tout, ne m'aurait pas plus avancé). Avec une carte écrite en cyrillique, je choisis au hasard, les yeux fermés. Visiblement mon choix n'est pas judicieux puisqu'elle me conseille plutôt un autre modèle qui s'avèrera être une Calzone fumante et appétissant. Voila qui permettra une transition douce pour mon premier contact avec l'Ukraine.


Première nuit en Ukraine, première nuit dans le pick-up au plancher rafistolé. Dormir en ville ne m'enchante pas. Isolé en pleine campagne non plus. Je trouve donc un petit village où je me pose sur un parterre de boue pour passer la nuit. Le chien de la maison d'à côte aboie dès que je me retourne sur mon matelas gonflable bruyant, et je crains de voir un curieux frapper à la porte en pleine nuit... mais il n'en a rien été. Et au petit matin pluvieux je peux reprendre ma route vers le nord (vers le beau nord? vers le bonheur?)

Ukraine-20070211-082021.jpg
La route est plutôt bonne. Plutôt meilleure qu'en Roumanie, mais vraiment moins bonne qu'en Hongrie. En haut d'une colline, au milieu de la route, un flic est planté là avec sa belle toque en fourrure grise. Il me regarde fixement sans bouger. Je ralentis et passe en douceur à sa hauteur où il me fait soudain signe de m'arrêter. Il m'avise qu'il y avait un STOP juste à son niveau. Et moi, obnubilé par les gestes éventuels qu'il aurait pu faire, scrutant ses moindres battements de cils ou variation de sa respiration, je n'avais bien sûr rien vu.
Il m'invite avec insistance dans une "cabanaflic" posée juste à coté, avec 4 policiers à l'intérieur, surveillant uniquement ce STOP, pour les formalité$. Personne ne parle anglais et j’entrevois déjà toute la paperasse qu'il va falloir faire et la difficulté pour payer l'amende puisqu'ils me parlent de formulaire à aller chercher en ville etc. Soudain une voiture de sport aux couleurs de la police fait un demi tour très remarqué dans un crissement de pneus : c'est le Chef qui arrive. Le charabia de mon hôte recommence alors que le chef en question entre chercher un bout de pain et de saucisse puis ressort. Du coup, mon Kamarade policier change de ton et d’attitude, et me fait comprendre cette fois de manière bien plus explicite qu'il est temps de filer un ou deux billets pour pouvoir repartir. N'ayant aucune idée du cours de la corruption Ukrainienne, je prends le premier billet qui vient... équivalent de 3 Euros. Là il insiste en me disant que le chef est juste à 2 pas. Je ne comprends pas si cela signifie qu'il faut glisser le billet au chef ou lui donner justement à lui, avant que le chef ne revienne. Du coup, je sors un second billet de 3 euros qu'il accepte, (avec surement un peu de gène bien que je n’ai rien entrevu dans son regard a cet instant). Le chef était sorti simplement pour nous laisser le temps et la possibilité de cet arrangement à l'amiable.
Et me voila en route à nouveau. Pas mécontent de ce don à l'orphelinat de la Police Ukrainienne, et mon Kamarade a semble t il été sensible à ma générosité, puisqu'il m'a, semble t-il, souhaité "bonne route" lorsque je suis reparti.

Ukraine-20070211-143620.jpg

Second jour, sur les panneaux est écrit approximativement "PANEXIB". Ca se lit "Radechov", parce que écrit en Cyrillique. Il va falloir apprendre à traduire tout ça, sinon la circulation va devenir problématique entre utiliser une carte en alphabet latin et des indications en cyrillique. D’autant que le GPS utilisait une carte calibree par mes soins qui m’a donne durant tout le trajet ma position … a 200km près. Je sens que je ne suis pas encore au point moi !
Le temps de s'arrêter pour la photo de l’entrée du village, et je vois une voiture immatriculée en France avec remorque qui entre dans la petite ville. Je n'y crois pas : c'est mon pote Paulo avec toute la bande, partie 2 ou trois jours plus tôt de France, qui arrive *exactement* en même temps que moi! Du coup, je n'ai eu qu’à suivre pour trouver l'appartement de Bohdan et Irina, avec en tête la théorie de la synchronicité.

Ukraine-20070211-144914.jpg

J'avais prévu de dormir dans la voiture aménagée, et les collègues dans un petit
hôtel du coin. Finalement, durant tout le voyage, rien ne se passera comme prévu
puisqu' Irina nous aura déniché un appartement rien que pour nous. Un vrai lit,
une douche chaude... Une certaine idée du luxe quoi!


Les moments forts? Y’en a un paquet, en fait...

Ukraine-20070216-214353.jpg



L'attention extrême d'Irina pour le cousin Alexis... Étonnante au début, attachante ensuite, un brin comique car excessif plus tard…






Ukraine-20070216-212809.jpg


















Le regard de gamin heureux de Bohdan lorsqu'il découvre avec nous ses Carpates, ou lorsqu'on achète des amortos tous neufs pour son side car. Ca aussi c'est une vision forte qui me reste dans la rétine. Du coup, je retournerais bien en moto pour faire avec lui une virée de 2-3 jours et s'échanger le DR contre le IJ a l'occasion, en faisant du camping sauvage. Je ne lui en ai pas parlé pour ne pas lui donner de faux espoirs, mais il faudra vraiment mettre ça au point pour cet été en revenant du Caucase.















Ukraine-20070214-195045.jpg
Les filles célibataires du village qui passaient fumer leur cigarettes dans la
cage d’escalier, au premier étage, juste devant la porte de notre appartement,
juste comme ça... pour voir les français fraichement débarqués... et pour être
vues aussi... et qui sait ?



La jolie extravertie du premier soir, soit-disant célibataire, attendait en fait
le retour de son mari de prison...





Ukraine-20070213-224958.jpg 




Cette brune superbe qui nous impressionna tous, avec un visage qui exprimait la tristesse même lorsqu'elle souriait. C'est en lui servant sa 4eme vodka qu'elle me réclamait, la clope au bec, que j'apprenais que "du haut de ses 18 ans, elle est enceinte du 3eme". Je crois que ça a été le moment le plus dur du voyage pour moi. (...)







Cette boîte lugubre à la musique infernale ou nous étions les seuls convives...





Les bars laissant le choix entre 20 vodkas différentes et excellentes pour le prix d'une bière en France.













Les jeunes couples d'amoureux ou aventureux, qui ne peuvent vivre ensemble ni se payer un  hôtel tant qu'ils ne sont pas mariés avec un salaire, et qui se retrouvent dans une pseudo clandestinité inconfortable lorsqu'il veulent partager un brin d'intimité. L'inconfort n'est pas seulement matériel en Ukraine mais il se ressent aussi dans les relations qui sont toujours plus difficiles et jamais simples, car ils sont coincés entre les difficiles contraintes de la religion, de l'economie et les traditions...

Ukraine-20070211-132906.jpg

Ukraine-20070214-130059.jpg

Le petit déjeuner au calme avec les copains aux regards embrumés pas la nuit trop courte. Ca ressemble à rien ces moments là, mais je me souviens prendre 50cm de recul en me disant "tiens, là, en ce moment, je passe un bon moment. Un de ces moment qui mis avec les autres construit une vie heureuse"









Ukraine-20070212-122229.jpgEt la moto dans tout ça? C’est la passion et l’activité principale de Bohdan qui trouve aussi là son espace de liberté. C’est tout fier de nous ouvrir son nouveau garage qu’il a monte lui-même dans l’année, brique par brique et de nous indiquer qu’avec ce nouveau garage il a même l’électricité ! En effet, un câble de téléphone a été recyclé pour apporter le courant. Un transformateur fabriqué à la main est d’ailleurs posé par terre pour relier en permanence au 220V la moto dont le circuit de charge laisse à désirer. Une sorte d’Optimate basic mais fonctionnel.



Ukraine-20070212-111723.jpg




On trafique un peu le circuit électrique et d’alimentation et les coups de kicks s’apparentent à un massage cardiaque pour relancer la machine. Ce n’est pas un pneu éventré ou une suspension cassée qui vas nous arrêter ! Malgré notre monture exotique et branquebalante, la traversée du village se fait dans l’indifférence générale. Une heure plus tard, lorsque l’on rentre en poussant notre attelage sans vie, non seulement  cela ne génère pas plus de curiosité qu’à l’aller, mais on se sent même intégré en quelque sorte dans le paysage Ukrainien.




Ukraine-20070212-114015.jpg

La nuit venue, on repart cette fois avec Paulo et Manolo en rab’ et on se relaie au guidon, histoire d’expérimenter la side car, la moto de l’Est, la conduite sur la neige et la conduite de nuit. Ca va peut être faire un peu beaucoup pour une première sortie… Les écarts sont nombreux, et quand on prend un peu d’assurance c’est là que les tas de sables tapis sous la couche de neige se redressent sournoisement au passage du side manquant de renverser tout l’équipage. "Le tas de sable est fourbe". Disons raisonnablement que j’ai encore une bonne marge de progression. En tout cas par rapport à ma première expérience de side Guzzi sur route, ça n’a absolument rien à voir ! Je ne sais pas si c’est à cause des moteurs foncièrement différents, de la légèreté du IJ  ou de ses pneus étroits, mais là où le Guzzi était lourd et physique à manier tout en force, la IJ semble être sur un tapis volant choisissant elle-même sa trace suivant les devers et les coups de vent…

Ukraine-20070212-181233.jpg
Le chemin recouvert de neige vierge que nous considérions comme un raccourci se transforme en hors piste et on s’y embourbera copieusement, dans un paysage lunaire. Voila qui m'apprendra qu’il ne faut pas se mettre derrière la roue motrice pour pousser.
Ukraine-20070212-113041.jpg

Et puis y'a les Copains : la Da Crew
Alors que l'image de l'Ukraine ne m'a surprise en rien, c'est le groupe que l'on formait avec la troupe de francais m'a le plus touché. Super attaché  à mon indépendance, garante de ma liberté, j'imaginais volontiers passer 2-3 jours avec la troupe et le reste de mon côté. Une idée qui me paraitra saugrenue après le premier jour déjà. Finalement, je me suis rarement senti aussi bien. Chacun, différent, venant avec des motivations différentes, le "Groupe" et son énergie bulldozer n'a pas pris le dessus sur les individus. C'est tout con, mais c'est le genre de trucs qui piquent les yeux sur le chemin du retour.
Ukraine-20070216-215058.jpg
Repost 0
Published by Le Chevalier Noir - dans Février en Ukraine
commenter cet article